Merci...les clowns

Publié le par Dom

Merci aux clowns de l'hôpital, ils interviennent au CHU tous les jeudis et apportent aux enfants, à leurs parents (ainsi qu'au personnel) un rayon de soleil comme une étincelle dans leurs yeux.
Je vous en ai parlé pour Petit Prince mais je souhaitais leur rendre hommage aujourd'hui.
Je vous envoie donc sur leur site ou vous pourrez mieux les connaître mais également aider leur association à continuer d'apporter le réconfort aux enfants comme une graine d'étoile.


Association Soleil Rouge
20 rue André Rivoire
38000 Grenoble

info@soleilrougeclowns.fr

Petit Prince, affolé par sa perf piqué dans sa main, qui n'osait rien toucher, hurlant dès qu'une blouse blanche apparaissait à la porte a rencontré le sourire. Ainsi que Grand Princesse qui cette fois avait tenu à nous accompagnée et qui était repliée dans le lit de son frère, hermétique, un peu oubliée parmi les pleurs répétés, son frère fermement maintenu pour réaliser les prélèvements. Je n'imaginais guère comment un clown-spectacle, exubérant, drôle, enthousiaste pouvait intervenir dans un si petit espace, avec ces enfants marqués et fragiles. Chouchou a commencé par m'approcher doucement, comme je berçais Petit Prince il se mit à se balancer en fredonnant une chanson douce. Puis, réfléchissant, il sortit un nécessaire pour faire des bulles. Premier sourire de la matinée. Ensuite, avec Beubi, ils ont investi la chambre où Grande Princesse se terrait ainsi qu'une famille, elle aussi autour de leur enfant. Avec une peluche ils ont joué à cache cache avec le petit. Leurs gestes, leur voix douce apaisante commençait à rassurer les enfants. Puis, bonne idée, ils ont décidé d'affubler ma Grand Tante d'un nez de clown et d'une paire de lunettes de bain. Voilà Grande Princesse qui se déplie, Petit Prince qui accepte d'être posé sur le lit. Chouchou, Beubi et Nageuse (surnommée ainsi par ma grande) se présentent et entonnent en choeur une petite chanson reprise par les enfants. Et c'est ainsi qu'ils nous quittent et les soins suivants sont bien mieux acceptés par Petit Prince qui pleura beaucoup moins. Ma voisine, ravie, avait photographié la scène, elle nous les a envoyés par internet. Elle m'a raconté que son petit au début se cachait et les regardait au travers de ses mains plaqués sur les yeux, un sourire au coin des doigts. Maintenant il les attend avec impatience. C'est à cette occasion qu'elle m'a suggéré de repenser à ces moments, parce qu'il faut aussi garder les bons instants.

Je ne peux y repenser sans émotions et un éclat de rire dans les yeux. Je les en remercie ainsi que ma Grand Tante qui a participé à la réussite de cet instant.

Je ne sais pourquoi, cette matinée m'a fait penser à cette petite poésie.

Le chat ouvrit les yeux
Le soleil y entra
Le chat ferma les yeux
Le soleil y resta.

Voilà pourquoi le soir
Quand le chat se réveille
J'aperçois dans le noir
Deux morceaux de soleil.

Maurice Carême

Maintenant dans le noir, je vois un Soleil Rouge, surtout lorsque Petit Prince regardant ses mains me dit : "Piqûre" suivi de "clowns drôles, aimer clowns" en souriant.

Publié dans La p'tite famille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article