Une exception nationale ?

Publié le par Dom

Je travaille depuis trois ans dans une école d'exception nationale.
- Une équipe intéressante, drôle, étayante et solidaire. Un réel bonheur d'y travailler dans un respect mutuel.
- Une mairie à l'écoute, très présente aussi bien au niveau social que pour  nos projets, avec une aide financière non négligeable.
- Des parents qui nous font confiance et avec lesquels une véritable communication est établie. La meilleure preuve : à la fin du conseil d'école, pour les questions diverses, les délégués nous ont dit : "Rien, nous sommes ravis du travail effectué par l'équipe" (d'où mon titre et cet article ce soir !)
- Une équipe du réseau d'aide et une psy scolaire aidants et présents.
- Un DDEN qui propose des projets intéressants et qui les récompensent.
- Quand les élèves sont en difficulté des moyens sont mis en place : une entraide mairie, des soutiens par d'autres enseignants...
- Une équipe qui réfléchit, avec toutes nos particularités personnelles, dans une tolérance agréable. Peu de heurts, toujours résolus dans la mesure. Et de bons croissants qui nous attendent les jours de concertation, sans même qu'on décide qui, où, comment...

Il y aurait encore beaucoup de compliments à faire sûrement....Je suis passée depuis trois ans dans l'école "somewhere over the rainbow"-quelque part au delà de l'arc en ciel !

Tout serait bien dans le meilleur des mondes si je ne devais pas la quitter... une classe ferme, je suis le dernier barème, il faut que je m'en aille en traînant des pieds... Alors je vais en profiter au maximum jusqu'en juin. Mais si j'ai juste un message à transmettre : qu'est-ce qu'on peut bien travailler quand la confiance des parents est là, quand les collègues sont sympathiques et quand la mairie nous étaye. Quel dommage que ce ne soit pas toujours ainsi...au détriment de nos enfants et nos élèves.

Alors ce soir, j'ai une pensée pour tous les enseignants qui souffrent dans leur profession et je leur dédie cette image d'espoir et cette chanson que j'aime beaucoup. Pour leur envoyer tout mon courage.




Publié dans Au jour le jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Et je trouve cela inadmissible, nous avons en main des enfants et quand cela ne va plus on devrait trouver pour ces personnels une porte de sortie ou de repos, le plus humainement possible mais véritablement.
Répondre
C
Tu as raison de le souligner et je comprends que pour ces raisons des profs soient amenés à de telles extrémités dramatiques. Je m'étais positionnée dans la peau du parent qui ne veut pas que son enfant ait à en subir les conséquences. Pour le prof alcoolique, la seule solution que la directrice nous ai proposé, c'est d'autoriser ma fille à ne plus aller au cours de math...ce que nous avons fait par désespoir de cause.
Répondre
D
Non, je ne suis pas choquée, ce qui me perturbe c'est que pour ces enseignants, qui parfois demandent eux-même un changement, il y a peu de portes de sortie. Je suis aussi consciente des autres faiblesses de notre système et des remaniements dont nous aurions tant besoin au niveau des apprentissages eux-mêmes, mais ce n'est pas ce qui se profile hélas...C'est plutôt une démolition en règle avec un irrespect pour nos compétences.<br /> <br /> Ce que je dénonce à la fin de ce texte c'est la virulence avec laquelle en ce moment des instits qui font leur boulot au mieux se font démolir. Cela m'est arrivé, avec la meilleure conscience professionnelle du monde, le poste que j'ai alors quitté n'intéresse plus personne tellement les conditions sont difficiles aujourd'hui. Je porte comme une blessure l'investissement en temps en énergie (au détriment de ma famille) pour cette école de village qui n'ont même pas compté dans la balance. Il suffit parfois de peu de choses ou de personnes pour que ce métier devienne un véritable enfer qui peut amener à la dépression ou au suicide (les cas récents en sont la triste expression). C'est juste ce que je voulais souligner.
Répondre
C
Quand c'est les bons qui s'en vont!...J'espère que tu vas vite retrouver un poste à la hauteur de ton talent! Tu as raison de dire qu'il ne faut pas dénigrer les enseignants, et j'ai croisé des instits et profs fantastiques au cours de ma vie. Mais je mets un bémol concernant certains profs ( dépressifs, alcooliques...) que ma fille a dû se coltiner entre le collège et le lycée.Il y en a eu quatre... Et l'administration qui ne voulait rien faire...on nous répondait "on ne peut pas prendre le risque qu'il se suicide!" Je crois qu'il y a un vrai malaise en certains endroits, endroits qui ne sont dailleurs pas classés en zep...c'est d'autant plus incompréhensible! J'aimerais beaucoup avoir ton avis la-dessus et j'espère ne pas t'avoir choqué!
Répondre
D
Merci...<br /> Je tenais beaucoup à souligner l'importance de ces facteurs dans la réussite des élèves...cela va à l'encontre de la mauvaise presse qu'on nous fait pour des raisons politiques. Ce n'est pas en dénigrant les enseignants ou l'école qu'on arrivera à modifier ce qui nécessaire, parce qu'effectivement je pense qu'elle doit évoluer. Mais qui pense qu'on peut changer par la démolition ?
Répondre