Déguisés en rien d'Alex Cousseau mis en réseau avec Thierry Lenain-Aïssata

Publié le par Dom

Dans le cadre du prix des incorruptibles (dont vous pouvez visiter le site en cliquant ici et ainsi connaître les modalités de participation, aussi bien d'une classe qu'individuellement) j'ai découvert le livre terriblement émouvant d'Alex Cousseau : Déguisé en rien.

Utilisant le point de vue d'un nouveau (tactique connue en littérature -cf Candide de Voltaire- d'utiliser comme narrateur un être étranger à une société pour mieux pouvoir en souligner les travers) il pointe l'absurdité de traitement d'une petite fille qui a pour seul "défaut" d'avoir été difigurée par de l'eau bouillante. C'est l'enfant "naïf" qui va bouleverser les codes cruels établis par les enfants face à des adultes impuissants.

La mise en réseau avec Loin des yeux près du coeur, réédité sous le titre Aïssata de Thierry Lenain paraît évidente. Le rôle du nouveau est joué par un enfant aveugle.
http://ecx.images-amazon.com/images/I/518PDS5HJ2L._AA240_.jpg
Aïssata est mise de côté par les autres élèves à cause de sa couleur de peau, l'enfant qui n'y voit goutte ne comprend pas pourquoi.
J'aime particulièrement ce passage.

"Avec les garçons, on discutait parfois des filles.
- Tu en aimes une ?
- Oui
- Une aveugle ?
Ils devaient croire que l'amour, c'était comme l'école : les voyants avec les voyants, les aveugles avec les aveugles.
- Non, ai-je répondu. Elle n'est pas aveugle.
Leur curiosité était piquée au vif. Ils ont continué à m'interroger :
- Elle est dans la classe ?
- Oui.
- Qui c'est ?
- J'aime Aïssata.
- Mais tu ne peux pas !
- Pourquoi ?
- Ben...parce qu'elle est noire !
Je n'ai rien répondu sur l'instant puis j'ai dit :
- Et alors ?
Elle était noire, ils étaient blancs. Je ne connaissais pas les couleurs et je m'en fichais. La peau d'Aïssata aurait pu être violette et la leur orange, ça n'aurait rien changé pour moi. Ce que j'aimais moi c'était ce que je lisais dans le coeur d'Aïssata. Souvent les voyants ne s'occupent pas des coeurs. Ils croient que le plus important, c'est ce que voient leurs yeux. C'est leurs yeux qui décident de tout. Et quand ils voient quelqu'un qui n'est pas pareil, leur regard devient méchant".

Dans cette séquence sur ce livre* ils proposent évidemment de le mettre en lien avec la réplique du renard dans Le Petit Prince de St Exupéry : "L'essentiel est invisible aux yeux".

*C'est le premier document proposé sur cette page web, il s'ouvrira sous le format pdf.


Publié dans Littérature cycle 3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Les deux cités se complètent bien. A recommander d'urgence...
Répondre
C
Voilà un livre à remettre impérativement entre les mains de tous les enfants...
Répondre