Mythologie : Ulysse et Merci Myritournelle

Publié le par Dom

Comme cette année sera sous le signe des incroyables coïncidences qui tombent bien, nous avions décidé de préparer avec mon collègue (tiens en passant jeune papa, mes félicitations pour le petit bout né il y a quelques jours) un travail de lecture sur les géants. Il est presque prêt.
En réalité l'idée nous est venu en voulant exploiter Jason et les Argonautes que nous allons voir dans le cadre d'Ecole et cinéma. L'image du géant de fer nous a incité à aller farfouiller dans la littérature d'autres personnages gigantesques.
C'est ainsi que nous avons rencontré les idées suivantes :
- La comparaison des scènes d'Ulysse et de Sindbad, décidément bien proches
- La lecture de Rabelais et de Du Bellay... que le hasard fait bien les choses ! Nous travaillons sur la Renaissance en Histoire, j'adore quand tout se rejoint comme cela...l'instant de grâce !

Et en plus ce soir Myritournelle, décidément nièce-ressource ce soir, m'a proposé une interprétation musicale "adaptée" du poème Heureux qui comme Ulysse. Et vous savez comme j'aime proposer à mes élèves une version musicale des poèmes.... Merci, merci, merci !!!!

Attention...le chanteur Ridan a ajouté quelques couplets de son cru.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article